Challenge Eric-Emmanuelle Schmitt

Un coup de tête, et me voilà engagée dans un nouveau challenge organisé par Un chocolat dans mon roman. Cette fois-ci, il s’agit de découvrir une ou plusieurs oeuvres d’Eric Emmanuel Schmitt, et j’avoue que cet auteur me tentait depuis un moment, ou du moins, depuis que j’ai lu son Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran qui fait partie de sa trilogie Le Cycle de l’Invisible. L’auteur a une écriture simple, pas très recherchée, mais très tendre. Ce ne serait certainement pas un écrivain coup de coeur pour moi (parce que je suis très (très) exigeante) mais il vaut la peine à mon avis 😀

Alors, en revenant au challenge. Il se tient du 5/02/2012 au 5/02/2013. Et à cette date les participants qui auront réussi leur challenge recevront un petit cadeau (wahou, j’adore les cadeaux!). Choco a pensé à trois catégories:

– Découverte : un roman + un autre écrit au choix

– fidèle lecteur : un roman + un ouvrage du cycle de l’invisible + un autre écrit au choix

– Fan de la première heure: deux romans + un ouvrage du cycle de l’invisible + un autre écrit au choix

… mais je me trouve surtout intéressée par la troisième (j’aurai préféré qu’il s’agisse de tout le cycle de l’invisible mais c’est toujours un plus pour les gourmands heureusement :D)
Par contre, je ne sais pas encore les titres que je choisirai, mais du moment que j’ai La Part de l’autre dans ma PAL, je suis sûre de commencer avec!

Merci Choco! On se retrouve en 2013 j’espère 😀

7 réflexions sur “Challenge Eric-Emmanuelle Schmitt

  1. nath dit :

    Je te donnerai tout de même rendez-vous avant 2013 hein ! hihi! Merci de ton inscription. Je vous réserve quelques petites surprises tout au long du challenge, tu verras …

  2. SoufianeSbiti dit :

    Je n’ai lu de cet écrivain que Ulysse from Bagdad. Mon frère me l’a acheté sous prétexte que le personnage principal avait le même prénom que lui… Bref, si cela te dit, lis-le. Il est bien, tu as ma parole. Ca traite à la fois d’immigration, d’Irak (le blocus & S.Hussein plus précisément) et de pleins d’autres thèmes. Je ne m’en rappelle plus bien, ma lecture de ce roman, remonte à un an ou deux.

    Allez, bonne chance !

    • Kytheria dit :

      Bien noté! 🙂 Merci Soufiane. Dernièrement je suis beaucoup intéressée par ce qui se passe en Irak et en Afghanistan.. J’ai déjà les titres de quelques auteurs en tête (Khaled Hosseini et Yasmina Khadra notamment) et ça tombe bien que tu m’aies proposé celui-ci. Si tu as d’autres en tête, n’hésite pas à m’en faire part.

  3. Ahmed Kachkach dit :

    Je suis fainéant donc je ne lis pas les romans, je ne lis que leurs critiques :-D. (Just kidding, ou pas?)

    En tout cas, pour le livre dont tu nous parle, j’ai trouvé une critique dans un endroit assez singulier : L’onglet « Discussion » de Wikipedia.

    Et je crois que jamais une critique m’a autant dissuadé d’aller « consommer de la culture » (oui, c’est vulgaire), du coup, je la partage avec tes lecteurs afin qu’ils soient avisés 😉 :

    —-
    J’ai lu parce qu’utilisé à l’école de ma fille.
    Langage: 8/10 Humour et observation de la société: 7/10 Connaissance de l’Islam: 5/10 (pas très documenté, et très partiel) Poésie : 7/10 Observation de la nature humaine: 7/10:
    La paternité manquée: observations judicieuses d’un enfant laissé à lui-même. La relation manquée avec le père fait sombrer l’enfant dans l’isolement. Paternité manquée qui terminera au suicide du père.
    le mariage raté: absence de la mère qui cherche à fuir son milieu familial par un mariage impossible. Elle ne peut vivre avec son mari, et lui abandonne l’enfant.
    Incapacité de soigner un enfant dans un repli vers soi: le père travaille pour fuir sa situation impossible de père manqué
    Le Père suppléant qui devient père d’adoption: recherche d’une vie balancée au milieu d’un enfer d’indifférence.
    Le recours aux prostituées: 1/10. Franchement, un enfant de 11 ans qui va demander les services de prostitués. Ca fait une histoire supposéement sympathique, mais pas très réaliste ni honnête dans la psychologie de cet enfant. À mon avis, c’est un recours forcé de l’auteur pour confondre la psychologie d’un enfant de 11 ans avec celle d’un adulte.

    Et la religion là-dedans? 0/10: le judaïsme et l’islamisme sont présentés comme des références culturelles, sans vraie éthique de vie. Le juif vit une éthique de travail à outrance, sans amour pour l’enfant. Il est justifié par la maman qui affirme qu’il est fils survivant de la shoah. Mais tous les survivants de la shoah ne sont pas des des êtres décharnés. L’islamisme de l’épicier me semble une expression poétique de l’islam qui se vit dans une extases artistique plus que dans un sens de responsabilité ou une foi raisonnable en un Dieu personnel. Je suis catholique, et je ne reconnais pas ces deux fois comme des fois réelles, mais comme l’expression d’un sentiment de vivre. Je ne crois pas que les juifs ou les musulmans souscrivent à ces descriptions non plus. C’est beau, touchant, mais la foi de ces personnages affirme d’avantage un sentiment d’horreur ou d’esthétisme qu’une foi adulte, intelligente.
    Que dire de ce livre pour nos enfants: Dans l’ensemble, je lui donne 3/10: pour les bons poins soulignés plus hauts: le langage, l’humour et le sens de l’observation de l’auteur, qui réussit à dépeindre avec des couleurs bien choisis les personnages du récit. Mais, à cause de l’immoralisme du récit, de la confusions des valeurs (enfant adulte, père d’adoption enfant, juif musulman, mère remarié, foi sentiment, juif méchant), je ne trouve pas cet ouvrage recommandable pour des enfants ou des adolescents. Tout au plus un bon moment pour lecteur averti nécessitant lire ce type d’ouvrage. Certainement pas un livre à offrir aux enfants pour leur faire connaitre les juifs ou les musulmans. Juste un beau livre sur certains aspects d’une nature humaine compatissante.
    Denis S Maurice

    • Kytheria dit :

      Magnifique! Franchement il(elle? bon, il) est allé droit aux aspects qui font défaut au roman. Quelques arguments ne tiennent pas très bon cependant pour les raisons qu’il cite, mais dans l’ensemble je suis d’accord. Comme j’ai dit, ce roman n’est pas un must de la littérature (encore faut-il appeler ça littérature), mais je comprends très bien la visée de l’auteur qui ne voulait en faire qu’un hymne à la tolérance. Toutefois, comme il a été cité, il aurait été préférable qu’il ait d’amples connaissances en théologie pour aborder ces sujets-là, trop délicats pour certains.

      En tout cas merci Ahmed! En passant, je suis allée me documenter dans la section que tu m’as indiquée mais je n’ai pas retrouvée la critique en question malheureusement 😦

  4. Il ne faut surtout pas rater Oscar et la dame rose de ce même écrivain, un vrai chef-d’oeuvre ! C’est un livre qui fait plonger dans l’univers d’un enfant atteint de cancer. Vraiment touchant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :