Archives de Catégorie: French corner.

Vagrant…


Thou hast at least found the words, 
For which I have yet found a way 

Forgive me, or shall I carry on my remorse
Still, am I still stuck in wonder and lust

The vain search of myself hath wearied me
Alas my fear hath emprised my heart
Betwixt thee and the world apart
Cold and bitter
Frail and bleak
I wish thou could set it on hearth
Fire ! Gardyloo, I cry
Forsooth there is no remedy

Thou hast at least found the words,
For thousand nights thou shall stride
Day and night
I shall cloak the cause of my grief
Thou loveth me
Yet what duth make one moan
To know that one loves or nary
Me love, or is it not ?
I prithee thou
Flee and set me free
Heretofore i’ve had inly enow

Thou duth not dream,
For it is my ruth
It is my desire to rest
In the shadows of despair
Thereon shall i thole
Waiting for thou to come forby
For my tears are running too fast
My woe shall make them last, yet
Thou alone shall behold my eyne
Thine near love sweep the weep apart

Checkmating Creativity


         

Image

          I had to sacrifice my queen if I wanted to clear the kingside. Yet Peter had already thought of that move. He had plan A, plan B & Plan Nth with which he could easily checkmate me with only a combination of pawns and bishops. The only thing that was left for me to do was to delay my loss somehow. His victory was undeniable. As I lay there, watching the game proceed, I imagined it was the old man’s story. Perhaps was it only a fantasy of my own, but as Peter was showcasing an impetuous knight grab around my queen, I wondered how this genius, who could break a game down in no more than ten minutes, ended up in a retirement house like this, with no relatives to talk to, nor good memories to think about. He has had no education, and there he was, playing chess and reading criminology books once in a while. “Just to kill time”, he would say.

            Sixty years ago, he used to be the little boy everyone scoffed at in school. His schoolwork was a complete disaster, and he would sit in the back of the classroom, sometimes gazing in awe at the birds’ fight from the window, while some other time making up imaginary battlefields on his table, using scraps of paper to represent soldiers, queens, kingdoms & whatnot. His teachers scolded him several times, but he would just carry on being disruptive. When his third semester at school came to an end, he was reported to the Principal for being a “lost cause”. They all suspected him of having ADHD (Attention deficit hyperactivity disorder) symptoms. His mother decided to take him to a psychologist to verify the veracity of those claims.

            The man did not talk much. He asked the mother about the motives of her worrying, then stood up from his desk and asked the little boy if he could excuse him along with his mother to leave the room. “We will have to discuss some issues, we won’t be very long”, he said in low, caring voice.

            In the access strip, the psychologist and the mother stood still, watching the little agitated boy from a window he could not see them from. Only a few minutes had passed, yet the 5-year-old Peter had already started playing around with the scrap paper the psychologist had left intentionally in the room. He disguised as a warrior, wrapping a piece of tissue around his head, and defending himself with a bronze plate he managed to take down from the wall.

            The two adults in the corridor would hear him screaming and threatening fictive soldiers, all soaked in his own imaginary play.
“Have you ever given him a chess game to play with?” the psychologist asked.

“No, I have never done so”.

“Well, you might want to, Madame. Your son is a genius”, he replied.

            Everything Peter knew, a few years later, was that his mother could not accept the sheer idea that her unique child would be a chess player. She cursed psychologists for being deceitful and fraudulent, withdrew her child from school and considered him as a child with “special needs” forever after.

            There he was, sitting in front of me, frantically moving his pawn towards my kingdom. Although his victories were never-ceasing and relentless, it seemed like it always brings him the same sort of happiness and self-satisfaction his first chess battle did.  With every player eliminated from the battlefield, he would revel, grin and get greedier.

I watched him silently as reflections about how our educational system undermines our passions started to swarm my mind.

 

            As the cyclical and seemingly never ending debate about education rages, the latter somewhat ironically often poses more questions than it answers. Society merely rejects the idea of creativity. We tend to forget that we are born with enormous talents and abilities, yet soon they are stigmatized according to the so-called priorities to be “successful”.  Whether you have a passion or not, you have to abide by the rules of the majority, follow the herd’s flow: study and retain quantitative subjects at school, regurgitate facts that will be forgotten either after the exam’s done or before the semester’s through, and aim at getting a “perfect” job. But what is the purpose of having a job if one cannot even enjoy what one does? The striking majority of people live their lives as if they were all living on one side of a coin. They only see what’s on the surface, whereas they would only need to flip it a second time to realize that there is no “one aim” in the course of their lives.

            We are educated in such a way that quantitative topics are the ones on the top, leaving art & sports at the bottom. The whole educational system is built on this logic, as it builds itself on the image of the work market. Sports and Arts are considered to be secondary and irrelevant if you want to be successful. Success is only measured by what the world needs: Math, sciences, numbers, numbers, and numbers over and over again. Still, there is no absolute correlation between academic success and success in life in general. It seems as though Michel Angelo never painted anything to put his words in action, or as though Gillian Lynn never danced in the most renowned music theaters ever to express the world’s torments. Art is fuel to the mind, to the body and to the soul. Once it is put away and undervalued, what is the purpose of crafting humankind that is closely bound to machinery? What would the world be like if Art did not exist? Art is what helps us denounce, overtake and transfigure reality. If it is not to escape it, then it is to denigrate it and seek to better it. As Bill Clinton clearly states: “Literacy is not a luxury, it is a right and a responsibility. If our world is to meet the challenges of the twenty-first century, we must harness the energy and creativity of all our citizens.” (2)

            Nowadays in our societies, Intelligence is not something we skillfully craft, but rather something that melts away with time. As a consequence of social pressure, young generations see themselves forced to give up their passions. They do things they don’t want to do, they study topics they don’t want to study, and they end up having lives they never wanted to live. In Morocco for instance, no one would care about how genius you are in such a field, or about how artsy and brilliant your talents are. The only think people care about is your degree and your overall GPA. However, with this being said, people who decide to make a change in their lives and choose their own paths wind up in the “oblivion sphere”. Sooner or later they give up their hope in doing what they love and stick to the general rule of being “like others,” “following the same routine-ish forever-lacking lifestyle”.

            Even the government wouldn’t create incentives to motivate people about their passions. They have better things to do, more important issues to tackle. They have to- ironically- educate the people; make the global net income rise (with a few decimal digits) and develop the economy. Where is the creativity in all that? They are looking forward to build a new generation that is bound to repeat the same methods – thus the same mistakes-, with the permanent hope to make a change. How does a change ever happen to occur? With alternative solutions, with plan As, plan Bs, and whatnot. Yet only creativity can generate such options. Nevertheless, all we do is kill creativity. We kill passions from their very first rise, as if we sent a hoard of Nagasaki bombs to render the infinite creative skills land infertile.

            Peter let me kill his pawn and I could tell from the spark in his eyes that I had fell right in his trap. One last move until he would tear down my king and my whole kingdom. He was making his creativity triumph… whereas my lingering, trite way of playing (that he almost learned by heart) was coming to an end.

Checkmate. 

 

 

PS: This was my final paper for the English Composition class with Peter Lucas. I got a 99% out of it… So I did not hesitate on sharing it with you guys! 

LETTRE A DIEU


« Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches;

Nous nous faisons payer grassement nos aveux,

Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,

Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches. » Baudelaire.

 

Dieu,

Je ne vous écris cette lettre ni pour me repentir, ni pour célébrer votre grandeur, car je pense que ces deux choses là sont de l’ordre de l’intime. Et il n’appartient qu’à moi de juger de mes fautes et de percevoir votre être. Car aussi longtemps que les gens traiteront de leurs fois et intimes convictions, cela ne changera en rien la perception de chacun. Les questions de croyance n’ont point lieu d’être brandies ni discutées, car elles relèvent du propre à l’Homme, de sa relation à votre égard.
Personne ne peut donc juger de la manière avec laquelle je vous aime, et celle avec laquelle je vous conçois dans mon esprit.
Et de la même façon  que vous connaissez ce qui me froisse, ce qui m’attriste et ce qui préoccupe, vous seul êtes en mesure de savoir ce qui m’égaye et me réjouit… ce qui se cache derrière mes intermittentes crises existentialistes, ou derrière ce sourire discret que je déploie pour fuir toute explication de mes inclinaisons.

Mon Dieu, quelle est donc cette nouvelle conception qui veut que vous soyez aussi comparable à ce pusillanime être qu’est l’Homme, que votre esprit soit aussi restreint que le sien, et que votre façon d’agir soit tout aussi mesquine?

Après tout, l’Homme n’a-t-il pas crée l’image de Dieu à son image pour ainsi se glorifier lui-même ? De Poséidon à Zeus, d’Apollon à Arès, d’Hadès à Hermès… Tous ces corps corpulents et massifs pour vanter leur force éphémère… Tous ces grands esprits faillants qui ne cessent de choir à chaque prise de décision.
L’Histoire nous apprend bien des choses sur ce sentiment intuitif qu’a l’Homme de constamment chercher l’occasion de te dresser à son effigie.
Mais,… oublions nous l’essence même de ton être ? Un être transcendant toute pensée humaine… Tout entier tout ce qui est. Cette présence que l’on ressent à chaque battement de cils, à chaque pulsation de cœur et à chaque mouvement que l’on ose.
Quel est donc ce faux entendement de mes compatriotes qui ne cherchent qu’à vous associer à telle ou telle religion, à telle ou telle apparition et je ne sais encore quelles autre billevesées? Encore une fois, l’Homme a tellement sombré sous le poids de son nombrilisme pour faire valoir ce en quoi il croit, tuant ainsi ses semblables et châtiant ceux qu’il juge mécréants et désobéissant à ses dogmes.
Qu’est-il advenu de ces Hommes qui ne voient désormais en toi qu’un être Vengeur et Châtiant ? Nous avons été tellement, tellement endoctrinés que nous ne remettons même plus en question nos aptitudes critiques face à ce que croyons révérer. Mes amis, Concevez vous l’idée qu’un être limité puisse succomber à une punition éternelle ? Avez vous seulement établi cela ?
L’Homme aujourd’hui, se permet de juger son prochain selon son propre entendement. « Si tu pries, si tu suis tes 10 commandements, si tu fais ceci, si tu fais cela (la liste peut très bien s’étendre, prenez note, car il ne reste plus grand chose pour que l’on prenne cela pour une ordonnance médicale), tu seras récompensé par les biens de Dieu, sa bonté et sa miséricorde. Mec, si t’es même hyper calé, tu auras même accès à mille et une vierges au Paradis. T’imagines l’effet que ça fait ? Tu mangerais à ta guise et n’aurais jamais faim (pourquoi manger alors ?), tu boirais le vin rouge, blanc et multicolore et t’engourdirais les jambes sur les plaines et les merveilleuses contrées sans jamais t’ennuyer de ce voyage… Cependant, si tu pêches, désobéis et enfreint les règles divines, Le Seigneur réserve tout un Enfer spécialement arrangé pour ta personne, une fournaise bourrée d’horreurs, de tortures, de supplices, de calvaires et de géhenne, où tu devras périr le restant de ta vie. »

Et l’Homme, en conséquence, adopte une des trois attitudes ; 1- soit il se plie devant cette ubiquité de jugement et se soumet à votre Grandeur par peur, crainte et appréhension (instinct de survie, cette foi éternelle), 2- soit il adopte cette sorte de schizophrénie chronique qui veut qu’il pêche sans répit, mais en même temps porte en son cœur une crainte qu’il n’arrive à surpasser. Car, après avoir désobéi, tout lui semble perdu d’avance et il ne pourra donc se repentir car vous, Grand et Châtiant, lui réservez son tourment, 3- soit tout ceci lui semble être un canular et demeure indifférent à ce culte vulgaire et absolument irrationnelle que l’on vous voue.

Mon Dieu, vous comme moi savons que j’appartiens à cette troisième classe. Cependant, il importe d’éclaircir cette position. Point dans le sens où je compromets votre existence, mais plutôt dans le sens où l’Homme a vulgarisé le sens premier de la nôtre à tel point que tout ce qui importe désormais est cette dichotomie : Paradis/Enfer.

Non. Cette conception ne me satisfait guère.

Mon Dieu, je ne suis point venue au monde pour te rendre des comptes sinon pourquoi existerais-je si ce n’est pour que l’on s’adonne, vous et moi,  à un jeu de penalty et que vous m’accordiez, sur votre petit journal intime, un point à chaque tir que je marque, et m’en retirez un à chaque tir que je rate.

Mon Dieu, mon dessein sur cette Terre est de me connaître, car l’être le plus inconnu à l’Homme est lui même… et pour ainsi savoir ce que je suis et ce que je suis en mesure d’être, je vous cherche constamment et questionne continuellement votre instance. De façon à ce qu’à la fin, vous et moi ne formions plus qu’un.
Je voudrais respirer à travers vous, je voudrais parler votre langue, et je voudrais marcher par votre élan. C’est en me détachant de toutes ces mondanités que j’espère enfin me retrouver car dans le détachement et le renoncement retrouve-t-on enfin un sens à tout ce qui régit l’être.
Que m’importe-t-il de me mêler à ces gens dépourvus de sens et de criticisme rationnel, personne donc ne satisfait ma soif si ce n’est moi même dans ma quête et ma résolution à percer votre mystère.
Je me fous bien de la religion de l’Homme si celui-ci se contente de lire littéralement ses œuvres comme condamné à passer son brevet, ou alors me dicte ce que je devrais ou ne devrais pas faire. Car comment toi, misérable Homme, saurait ce qui est bon ou mauvais pour moi ? Laisse moi te dire, mon ami, que j’estime qu’il y a autant de religions (y compris l’athéisme) que d’hommes sur cette planète. Car ma conception de Dieu est différente de la tienne et ma conception de la religion est tout aussi distincte. Nous ne nous mettrons jamais d’accord sur l’intégrale de nos croyances… car ce qui me différencie de toi, c’est ce par quoi je pense et ressens.

Je suis souvent surprise par tant de gens que je croise, et qui ne savent véritablement pas ce pour quoi ils existent sinon qu’ils me donnent des raisons tout aussi banales que leur travail, leurs enfants, ou peut être même leurs propres jouissances.
Au moment où j’écris ceci, la musique ahanée troue mes oreilles, le discours incessant des journalistes transperce ma chambre… Et puis tous ces gens que je vois accourir vers je ne sais quelles destinations, ces gens que je vois aussi de par ma fenêtre, les uns s’embrassant et s’enlaçant, les autres marchant je ne sais où, d’autres s’adonnant à un instant d’oisiveté inexplicable, ayant pour seul compagnon leur cigarette brûlante qu’ils regardent vaguement, comme si elles retraçaient le chemin vaseux de leur être…

Je vois tout cela et je me demande s’il leur arrivait de réfléchir un jour, de penser au comment du pourquoi de la vie. Je sens que nous vivons dans un monde qui nous submerge et nous transporte dans le tourbillon incessant de ses entrailles. Plus les siècles passent, plus nous sommes aspirés dans ce ventilateur interne où grouillent et fourmillent l’essentiel de nos pensées. Pensées qui ne sont point orientées vers les réponses que nous aurions à nos questions, mais plutôt aux préoccupations insignifiantes qui mettent les points sur ce derrière quoi nous courons chaque jour.
Nous pourchassons quelque chose d’invisible qui semble être tellement importante à nos yeux, alors qu’à la fin des jours, lorsque nous dresserons le bilan de notre existence, seul cet « A quoi bon ? » nous pendra aux lèvres, alors que notre âme se bat pour lâcher le dernier souffle…

Mon Dieu, je vous écris cette lettre parce que je ne veux point mourir sans me connaître, sans parvenir à vous, et sans que vous et moi ne faisions plus qu’un.
Je voudrais qu’à la fin de mes jours, je puisse rendre l’âme, le sourire à la bouche, car j’aurais enfin percé votre mystère.
Je n’aurais plus peur ni du Serpent abracadabrant qui viendra me larder dans mon cercueil, et ne me réjouirais pas non plus des bonbons potentiels que je suçoterai dans votre Paradis.

Mon Dieu, je n’ai point peur de vous, mais je vous aime. Je vous aime comme un amant languit pour revoir sa bien aimée. Je vous aime comme un musicien qui entretient une relation presque intime avec son violon. Et à mesure qu’il joue sur ses cordes, tout semble se détacher de lui. Plus rien ne semble exister tout autour. Seul la mélodie qu’ils exercent ensemble déchire le ciel. Tout le monde écoute et se meut dans cette chorégraphie de bonheur. Toutefois, seul l’artiste et son instrument sont en mesure de se comprendre, car cette litanie sonore n’a de sens que pour eux.
Mon Dieu, vous êtes ma romance et vous n’avez de sens que pour moi. Tout ce que je désire aujourd’hui, c’est ce nirvana où j’enhardirais de la mélodie de nos chants.

Let the music begin.

PS: Cet article s’inscrit dans la continuité de « Lettre à Dieu » de Mahmoud, qui a lancé l’initiative. Pour visionnez la sienne, cliquez ici

Tagué , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :